2017-05-06 – Sirénade dans les anglos

Sirénade et 6 équipiers embarqués prenaient le départ, samedi 6 mai,  pour la première étape d’un long périple.

 

Samedi 6 mai – Le Havre – Cherbourg

En milieu de matinée, nous quittons Le Havre en direction du raz  de Barfleur, par un vent de NE faible au début puis modéré et sous quelques averses. Nous poursuivrons notre route au moteur faute de vent en fin d’après-midi pour ne distinguer les feux des digues de Cherbourg qu’à la tombée de la nuit, après avoir refoulé un peu de courant. Vers 1h du matin, le plat de lentilles-saucisses cuisiné par Monique est le bienvenu.

 

Dimanche 7 mai – Cherbourg – Aurigny

Au près, avec un vent passé au NW et après plusieurs virements de bord, Sirénade traverse le raz Blanchard.. La vie est belle ! Le soleil, le ciel bleu ! Le vent mollit peu à peu, notre attention aussi. Les marmites nous attirent et le raz commence à nous avaler. Au moteur, rapidement, nous reprenons la bonne route. En milieu d’après-midi  Sirénade est amarrée sur coffre, derrière la jetée de Port Braye.

               Port Braye

Le chemin de la côte nord, longeant le Swinge, est très agréable. Les rues du village sont désertes en ce dimanche. Une halte au Divers Inn, qui lui est bondé, s’impose. Dégustation du breuvage local dans une ambiance très décontractée et masculine…un trophée a été offert à un des marins tatoué. C’est Virginie qui en parlera le mieux…

 

Vente d’asperges

 

Lundi 8 mai –  Aurigny – Guernesey

Départ  en fin de matinée pour rallier Guernesey en passant par la Pointe Quénard avec un vent modéré NE. Prise de ris, empannage et descente vers St Peter Port par le chenal du Petit Russel. Vers 17h, nous entrons dans la marina Victoria guidés par le Harbour Master. Tous les bateaux arborent des pavillons dans le port. Des tentes sont dressées sur les quais, les vitrines décorées, la fête de la Libération des Îles, célébrée le 9 mai, se prépare.

 

Vitrine à Guernesey

Mardi 9 mai – Guernesey

C’est la grande fête de la Libération à Guernesey. Fanfare, course à pied, rues réservées aux piétons. Sur le quai des camelots en tout genre s’installent : articles vestimentaires, paniers, bijoux, mais aussi donuts, paëlla, huitres de Herm.

La matinée est réservée à la visite de la maison de Victor Hugo, déjà vue pour certains, mais on ne s’en lasse pas. Au retour on craque pour un « fish and ships » avant d’embarquer pour un circuit autour de lîle en bus.

Arrêt pour visiter la Little Chapel. Réplique miniature de la grotte et de Notre Dame du Rosaire à Lourdes, cette œuvre d’art, recouverte de morceaux de porcelaine est très surprenante. Le soir, c’est la grande fête avec podium musical et feu d’artifice sur le port.

 

Mercredi 10 mai – Guernesey – Jersey

 La route est directe pour rejoindre Jersey avec le vent d’ENE sauf au passage de la Pointe Corbière, au sud. Il nous faudra tirer quelques bords, pour le plus grand plaisir de l’équipage,  avant de rejoindre le chenal  balisé menant au port de Saint-Hélier. La marina est en centre-ville et les terrasses très accueillantes.

         Little Chapel

Jeudi 11 mai – Jersey

Shopping le matin et location de « grande voiture » pour une visite de l’île avec arrêts dans quelques baies : Gorey, le château de Mont-Orgueil, la baie de Rozel, la baie de Bonne nuit et son « fish and ships », Devils Hole, la pointe de Grosnez et la pointe Corbière.

 

 

Vendredi 12 mai – Jersey – Saint-Malo

Dernière journée, dernière escale vers le sud, Saint-Malo, en contournant les Menquiers par l’est. Après passage de la bouée cardinale Les Ardentes,  le vent est quasi nul. Consolation, une famille de dauphins nous accompagne un bon moment.

C’est la folie à bord ! Au moteur, nous rejoignons l’entrée du bassin des Sablons par le chenal principal. Le Grand Jardin est  toujours aussi majestueux.

 

Photo D. De Vecchi

 

 

Samedi 13 mai – Relève d’équipage

Gabriel et son équipage, arrivés à 9h, embarquent, pressés de prendre la mer pour gagner  Lézardrieux,  non sans avoir fait quelques photos des équipages. Une visite rapide intra-muros et un pique-nique devant les remparts puis nous prenons la route du retour.

Superbe semaine pour faire escale sur ces îles anglo-normandes, toujours aussi attractives. En ce début mai, la végétation est luxuriante et la floraison abondante.

Vitrine Saint-Malo

 

Josette Delagarde

 

2017 03 - Un Mahé 36 aux Grenadines

Le récit de la croisière de David aux Antilles sur un Mahé 36, cliquez ici.

2016 09 - L'odyssée de Sofiani

A l’aéroport d’Athènes, Patrick et Sylvie, Gabriel, Danièle, Monique, Francis et Virginie, Claude, découvrent la Grèce : le ciel est bleu, le vent est chaud !

La navette commandée par Gabriel est à l’heure, nous arrivons en tout début d’après midi à la Marina, conduits directement sur le ponton par notre chauffeur  qui doit être un expert en marche arrière, car il devra faire le chemin inverse sans pouvoir faire demi tour !

Le bateau, SOFIANI, est en cours de préparation, mais Gabriel et moi pouvons commencer directement l’état des lieux pendant que le reste de l’équipage va tester l’ouzo dans une taverne avoisinante. L’avitaillement commandé arrive entretemps, et nous pouvons enfin charger nos bagages.

Pour lire la suite du récit de Patrick Colléter, cliquez ici.

2016 08 - Athenes - Corfou

Au cours de ce périple de 2 semaines entre Athènes et Corfou, nous avons parcouru un peu plus de 300 milles avec des étapes allant de 4 à 65 milles. Le vent n’a pas été très favorable ni très fort. Le soleil nous a accompagnés tout le temps, avec juste un petit orage à se mettre sous la dent. L’eau était à 26°, juste ce qu’il faut pour multiplier les bains, les sauts, les plongeons, les galipettes, les jeux de balle, les apéritifs dans l’eau, …

Notre Cyclades 50.5 muni d’un propulseur d’étrave et d’un winch électrique était en version 5 cabines, permettant ainsi à notre équipage de 10 personnes de ne pas se sentir à l’étroit. Ce n’était malheureusement pas le cas de notre annexe, largement trop sous-dimensionnée (comme souvent en location).

Tout ceci nous a permis d’effectuer une croisière culturelle avec les visites de Delphes et Olympie. Pour cette dernière, nous avons bénéficié d’un taxi aussi volubile qu’efficace. Nous avons aussi découvert la conduite sur les routes grecques où les panneaux, les stops, les feux et les limitations de vitesse ne servent en fait qu’à faire joli sur les photos.

Le canal de Corinthe, au-delà du droit de péage élevé, ne laisse vraiment pas indifférent et la proximité des parois est plutôt impressionnante.

La sortie du golfe de Patras fait changer d’univers en entrant dans une zone de plus en plus touristique, avec un décor enthousiasmant, des petits ports réjouissants où nous avons eu la chance de souvent trouver une place à quai (parfois la dernière), ces petites plages avec une eau vert émeraude.

Un voilier posé sur un haut-fond de 1 mètre nous a rappelé si besoin en était que la navigation doit rester une affaire sérieuse, mais si l’ambiance est rieuse et détendue.

Nos excursions dans les Tavernas à la recherche de feta, d’ouzo, de slouvakis, moussaka, jus d’orange et autres réjouissances ne nous ont évidemment pas déçues.

Nous avons parfois cherché à prendre de la hauteur, plusieurs d’entre nous se laissant tenter par le parachute ascensionnel. Vraiment génial cette vue d’en haut, surtout quand le paysage est jalonné de magnifiques îles.

Et puis nous sommes arrivés à Corfou. Mouillage au pied de la citadelle, visite de la citadelle, de l’immense vieille ville. Très très agréable, il faudra surement revenir…

A peine revenus et absolument ravis, nous pensons déjà à d’autres destinations vers ces multiples et magnifiques zones de navigation autour de la Grèce.

Michel Latouche

 

 

 

2016 07 - Brest 2016, au coeur de la fête

Voici par le menu notre navigation à l'occasion de Brest 2016.

Préparez un OCEANIS 45 de 2012, très spacieux avec ces 4,49m de large, ajoutez-y 8 équipiers en pleine forme, faîtes un avitaillement copieux, choisissez une région sublime (la Bretagne !), invitez le soleil, et servez vos menus ainsi:

Samedi: Brest - Ouessant

Nous passons le goulet juste derrière Sirénade, prenant ainsi quelques photos 'en action'. Nous filons ensuite rapidement vers Ouessant avec une arrivée plutôt agitée, le mouillage sera un peu rouleur, voir tristounet car le soleil n'est plus de la partie. Ca ira mieux demain !

Dimanche: Ouessant - Camaret

Nous déployons notre plage arrière (électriquement...) pour la mise à l'eau de l'annexe. 4 équipiers partent à la découverte d'une ile inconnue pour eux. Par chance, le tout petit port permet d'éviter un atterrissage dans le shore break. La mer forte annoncée pour la journée ne nous incite pas à trop traîner, nous partons donc vers Camaret. Au portant, avec 2 à 3m de houle, nous voyons arriver les premiers vieux gréements, accompagnés d'un généreux soleil. Les photographes prennent leurs marques, tandis que le spi prend l'air en sortant de sa chaussette. L'arrivée à Camaret avec les vieux gréements déjà au ponton nous plonge dans l'ambiance recherchée. Une finale de championnat d'Europe de foot perdue plus tard, nous rentrons penauds sur notre beau bateau. Ca ira mieux demain !

Lundi: Camaret - Sein

La météo grandiose nous incite à faire route vers Sein, une première pour tout l'équipage. L'arrivée est magique (avec en plus un dauphin accompagnateur), nous mouillons seuls à l'extérieur du port puis descendons à terre pour... manger des glaces, faire des photos, acheter quelques souvenirs et visiter l'île. Génial, vraiment !

Mardi: Sein - Douarnenez

Un bord tactique sous Tévennec avec le courant descendant pour attraper ensuite le courant montant du raz de Sein. Nous admirons la Pointe du Raz et poursuivons notre route vers Morgat pour le mouillage du midi. Baignade, balade à terre, photos, ... Ni glaces ni crêpes pour cette fois, mais le meilleur est à venir. Et nous repartons au portant vers Douarnenez (ou plutôt Treboul). Parmi les multiples compétences de l'équipage, nous avons une spécialiste des lieux qui nous fait découvrir ses bonnes adresses, pour le plus grand plaisir de tous.

Mercredi: Douarnenez - Brest

Finalement en rupture de crêpes, nous partons à pied vers Port Rhu et Douarnenez pour remédier à la pénurie et surtout pour éviter une révolte de l'équipage. Ceci fait, nous sommes saisis juste après notre départ par un bon grain à 30nd, avant qu'une brise de force 5 ne s'établisse, nous faisant ainsi profiter du très bon confort  à la mer de notre bateau, bien posé dans ses lignes. Inutile de dire que remonter un cockpit de cette largeur à la gîte revient à escalader le Mont-Blanc. Pas gênant, on aime aussi la montagne. Ca tombe bien, car ce sont bien des montagnes russes que nous avons à franchir avant de virer vers Camaret. Waouhhhh ! Notre dernier bord de près sera allongé un peu pour profiter ensuite du portant vers le goulet de Brest. La séance photos reprend, les lumières sont splendides ! Le soir, nous assisterons à terre à la parade des bateaux de Brest 2016. A ne pas rater...

Jeudi: Brest - Brest (Mouillage)

Nous naviguons au coeur de la fête, sous voile, grand ciel bleu, du vent... Le midi, un petit mouillage pour se restaurer, et c'est reparti. Le bonheur, toujours le bonheur. Nous prenons un nouveau mouillage pour la nuit, avec vue sur le port pour le feu d'artifice. Sans oublier de descendre de descendre à terre pour une petite marche. Joli moment que ce feu d'artifice, soudain plombé par les nouvelles qui nous parviennent de Nice.

Vendredi: Brest - Brest.

Nous naviguons à la découverte de l'Aulne sur laquelle se trouvait avant un cimetière à bateaux militaires. Le cimetière est maintenant moins important, l'endroit toujours aussi sympa. Nous croisons une escadre de vieux gréements en ressortant, puis rejoignons à nouveau la fête sur l'eau, en passant d'un bateau à l'autre. On ne s'en lasse pas ! Et puis vient l'heure de rentrer...

En résumé, 7 jours de navigation, 190 milles, plusieurs mouillages, beaucoup de crêpes, de belles balades à pied, du soleil, du vent, plein de vieux gréements, les Pen Duick I, III, V et VI, et bien d'autres choses encore.

Nous nous sommes régalés ! 

Michel Latouche