2018 03 - Destination Cowes ? St Vaast ? Dieppe !

L'occasion du long week-end de Pâques était belle pour aller à Cowes ou St Vaast. La météo n'en a pas voulu ainsi et il a fallu innover. Nous avons donc tiré partie de ces contraintes pour rallier Dieppe dès samedi, en une seule étape de 7h45. Inutile de dire que la navigation rapide avec environ 20knts de vent portant et le courant favorable a été agréable ! Par chance, un excellent Fish & Chips a été trouvé samedi soir pour compenser la frustration (humour) de ne pas avoir traversé la Manche.

Ballade à pied le dimanche matin, recherche des oeufs en chocolat (quelle idée d'en cacher sur les barres de flèche !), puis départ pour Fécamp. Gros coeff, on arrive juste avant la marée basse. On mouille devant la plage le temps du repas, histoire de retouver assez d'eau pour rentrer. Un plaisancier belge se présente entre-temps, il tente une entrée dans le port et en ressort presque aussi vite aussi après un superbe demi-tour sur la quille... Le sémaphore de Fécamp nous appelle pour connaître nos intentions, provenance, destination, surement peu habitué de voir un voiilier ici à la tombée de la nuit.

Lundi matin, ballade puis dégustation au Palais de la Bénédicte, sous la verrière. Endroit absolument charmant qui vaut d'y consacrer un détour, la Bénédictine aussi.

Retour vers Le Havre d'abord venté puis plus mou et sous la pluie.

Un bien joli week-end de reprise de saison, qui en appelle beaucoup d'autres.

Michel Latouche

2017 11 - Transat Jacques Vabre

Week-end très spécial pour cette dernière navigation de l'année sur Lady Vague.

D"abord une sortie le samedi dans 15 à 25 knt avec un peu de mer, bref de quoi jouer avec un peu de mer.  Et d'initier aussi notre nouvelle équipière aux manoeuvres, dans des conditions pas faciles. Retour pas trop tard au port, et départ à pieds vers les Docks pour admirer à quai les bateaux de la Tansat Jacques Vabre. Que d'engins très très impressionnants, prévus pour voler à 40 nds. Au moins ! Nous admirons aussi Thomas Pesquet (qui sait ce que voler veut dire lui aussi), venu baptiser un des bateaux. L'occasion pour certains d'entre nous de croiser nos 'idoles'. La soirée se conclut par un somptueux feu d'artifice sur les Docks, vraiment chouette.

Dimanche, un peu impatients, nous sommes les premiers sur l'eau. La zone 'plaisanciers' du départ de la course est balayée par un vent de 20 à 25 knt, et la mer est formée avec environ 3m de creux. Inutile de dire que nous sommes bien peu nombreux sur l'eau. Les bateaux sortent enfin, la lumière est belle, les embruns recouvrent la jetée du Havre, le soleil apparaît. Mais on continue de se faire brasser menu menu... Faire des photos est assez acrobatique. Une bouée de dégagement prévue initialement devant la zone plaisanciers est finalement supprimée en raison des conditions météo. Le départ est donné très loin de nous, nous faisons route vers le port pour retrouver du calme.

Quel week-end !

Michel Latouche

 

2017 10 - Un homme, une femme et de nouveaux adhérents

Au programme, un week-end particulier avec la régate Un homme - Une femme le samedi, puis un dimanche permettant d'accueillir notamment de nouveaux adhérents.

La météo est annoncée peu favorable le samedi avec un vent très faible. Le comité de course se met quand même en place pour midi et les 25 bateaux cerclent autour de lui, guettant l'arrivée d"un petit thermique. Tout le monde est concentré, pas une seule plaisanterie ne fuse à la VHF sur le canal de course. La situation devient plus difficile 3 heures plus tard lorsqu'un épais brouillard ne propose plus que 100 mètres de visibilité, au mieux. Certains régatiers demandent alors au comité de course sa position GPS pour retrouver la ligne de départ... Le vent est rentré, mais le comité annule sagement la régate en raison des risques liés au manque total de visibilité. Nous rentrons alors sur le Havre, innondé de soleil. Etonnant !

Nous retrouvons nos concurrents au sympathique cocktail d'après course organisé par le SNPH et en profitons pour récupérer notre lot.

Nos équipiers du dimanche nous rejoignent en fin de journée pour une conviviale soirée à bord de Lady Vague.

Le dimanche, la météo est idéale. Du vent mais pas trop, beaucoup de soleil, visibilité excellente. Nous faisons d'abord route vers Ouistreham, puis nous lançons dans quelques exercices. Virements, mise à la cape, etc. Direction ensuite la plage de Deauville pour se restaurer tranquillement au mouillage. L'ancre est toujours aussi lourde et nous mouillons le minimum de chaîne pour ne pas s"épuiser à la remontée, en surveillant de près une éventuelle dérive. Bien rassasiés, nous repartons direction Le Havre. Un objet blanc dérivant attire notre attention. Un énorme pare battage boule en fait, que nous récupérons après une fantastique (si si !) manoeuvre à la voile.

Nous reprenons la route avec un équipage toujours avide de sensations. Une série d'empannages plus tard, la proximité d'un autre voilier nous incite à envoyer l'arme fatale: le spi ! 2 minutes plus tard (si si, bis) nous filons à vive allure, porté par le joli ballon bien gonflé.

L'affalage est réalisé dans les règles de l'art (si si si, ter) et il faut malheureusement rentrer au Havre après une bien belle journée.

Il y aura d'autres occasions !

Michel Latouche

2017 09 30 - Sortie sous un bon soleil pour Ouistreham

Compte rendu de navigation – Lady Vague – 30 sept-1er oct 2017

 

Météo plus clémente que celle annoncée pour ce premier week-end d'octobre.

Samedi, le vent SSW 13-15 Nds avec rafales est au rendez-vous. Il est prévu forcissant pour dimanche, même secteur, temps couvert, pluie.

Un cap vers le sud pour revenir au portant semble la meilleure  option.

Le ris pris au départ, et durant une partie de la route, sera largué en début d'après-midi. On enroule, on déroule le génois. Le vent est instable.

Après plusieurs virements au près, l’escale est en vue. Avant de prendre la route vers  Ouistreham, quelques manœuvres d'empannage et de virements entraînent et réchauffent l’équipage.

Vers 16h, direction Ouistreham. Lady Vague embouque le chenal un peu trop tard pour prendre l'écluse de 16h45. Peu importe, le temps est agréable. Le soleil nous chauffe la peau.

 

On prendra le sas de 18h après un "4 heures" au ponton d'attente en observant la manœuvre d’un cargo guidé par les pilotes pour entrer dans la grande écluse. La nuit sera calme. Quelques gouttes de pluie au matin et rien de plus.

 

Dimanche matin, sortie du sas de 10 h et direction Le Havre au portant. Petit vent bien agréable et soleil entre les passages nuageux. Deux dauphins jouent.

Pas une goutte de pluie ! et pourtant pas d'autres voiliers sur l'eau !

En milieu d'après-midi, avant d'embouquer le chenal pour le longer au nord, un petit tour vers les voiliers qui régatent devant la Hève. Et puis, un ou deux demi-tours avant de passer les jetées pour laisser libre le trafic intense des cargos et des pilotes qui entrent et sortent du port.

 

Lady Vague est toujours très agréable à la barre. Le confort de la capote a été apprécié à l'escale puisque suffisamment chanceux avec la météo pour naviguer capote rabattue.

 

 

Eh oui !  il fait encore bon pour naviguer à cette période !

Il faut en profiter !

Josette Delagarde

 

2017-08 Les 140 Milles de Lady Vague

​Après un week-end régate longue distance il y a 2 semaines, Lady Vague n'était toujours pas rassasié de milles.

Ses équipiers lui ont donc concocté pour ce premier week-end d'août un parcours à sa mesure: Un aller-retour Le Havre - Dieppe. Inutile de préciser qu'il fallait une experte en calcul de marée pour mener à bien cette aventure.

Départ vendredi en fin de journée, direction Fécamp. Et déjà le début du fantastique. Un merveilleux coucher de soleil alors que nous approchons d'Antifer, un ballet de dauphins qui durera une éternité, un arc-en ciel sur les falaises. Et un petit vent qui nous pousse dans la bonne direction. Arrivés vers minuit à Fécamp, nous ne traînons pas trop avant de rejoindre les couchettes, la nuit va être courte.

Repartis samedi à 7H30 de Fécamp, nous filons à 7,2 nds de moyenne vers Dieppe. Le soleil est de la partie. Les conditions sont top ! Une série d'empannages plus tard, nous arrivons suffisamment tôt à Dieppe pour aller nous restaurer sur le port. A noter pour rappel, l'obligation d'appeler Dieppe Port (canal 12) pour recevoir l'autorisation d'entrer et de sortir du port. L'après-midi est consacré au repos et à la balade.

Samedi soir, à 23h45 pour être précis, les réveils sonnent. Il est temps de repartir pour Fécamp... C'est le début d'une nuit magnifique. Pleine lune, 18 knts de vent, mer peu agitée, température douce. Après deux contre-bords, nous pouvons filer en route directe sur Fécamp. C'est le royaume de la glisse et du bonheur d'être en mer. Nous arrivons à Fécamp à l'heure du petit-déjeuner et enchaînons avec un sommeil réparateur en complément des micro-siestes effectuées pendant la navigation, non sans avoir mis tous les réveils en route car il ne faudra pas trop traîner pour repartir vers Le Havre.

Repartis à 12h30 de Fécamp, nous calculons habilement nos bords pour pouvoir virer sur les galets (ou presque) d'Etretat. Toujours ce soleil, toujours cette lumière, toujours ce vent... Il faudra attendre de passer Antifer pour que le vent molisse, un peu trop à notre goût.

En résumé, un week-end typique de la Manche, avec une marée pour naviguer, une marée pour se reposer, une autre marée pour repartir dans l'autre sens. Amusant !

Mais tout de même 140 milles de parcourus, ce qui est un peu moins typique. Et aussi des dauphins, des couchers de soleil, ... un peu comme aux Antilles non ?

Michel Latouche