2017 09 19 - L'antiméridien

Bonjour à tous,

Petit Prince et son équipage viennent de franchir à Fidji une étape symbolique du tout du monde : nous venons de passer l’antiméridien, c’est-à-dire la moitié du chemin ! Désormais, avancer n’est plus synonyme de partir, mais de rentrer :-( Pour ne pas rentrer trop vite, nous allons commencer notre retour par une longue pause en Nouvelle Calédonie pendant la saison des cyclones qui ne va pas tarder à commencer dans l’hémisphère sud.

Les 1700 miles de navigations dans cette partie du Pacifique Ouest depuis Bora-Bora ont été bien différents de la longue traversée du Pacifique Est : il nous a fallu réapprendre à naviguer avec les marées, les cartes nautiques imprécises (files/RecitsNav/TOURDUMONDE/Cartographie électronique Fidji.pdf), et les fenêtres météo décidaient quand on partait et où on allait : heureusement de nombreuses possibilités s’offraient à nous tout le long du parcours, avec des escales plus agréables les unes que les autres.

Notre première escale a été l’île de Aitutaki, aux Iles Cook. Destination touristique par excellence, elle n’a rien à envier aux lagons de Bora-Bora. En théorie, nous devions pouvoir rentrer dans le lagon par le chenal d’accès à marée haute avec un pied de pilote de 0 ; j’espérais pousser un peu le sable avec la quille si besoin, mais après 2 tentatives infructueuses, nous avons dû nous résoudre à rebrousser chemin. Finalement renseignements pris auprès des locaux, il nous manquait au moins 30 cm… Petit Prince n’étant pas un bulldozer, nous avons jeté l’ancre à l’extérieur du lagon. Le mouillage était assez confortable bien que dans le grand océan, mais il y avait 2km en annexe pour rejoindre la ville ! Nous y avons fait des randonnées à pied, une excursion pour touristes en bateau à moteur vers ses plus belles plages. Superbe !

Ensuite, nous sommes allés à Niue. Cet île-état de quelques milliers d’habitants est elle aussi très isolée et très tranquille. Nous y avons aussi jeté l’ancre dans le grand océan, car il n’y a pas de lagon, ni même de port. L’unique jetée servait à gruter à terre annexes et bateaux de pêche. Pour changer, nous avons fait des excursions en vélo et le tour de l’île en voiture. Cette île est truffée de grottes secrètes, paysages de pierres, piscines naturelles au milieu des coraux. Nous y avons entendu et vu des baleines venant migrer dans les eaux chaudes pour faire grandir leurs petits pendant l’hiver austral. Et puis nous y avons fêté les 1 an de notre départ : Le temps passe vraiment vite, tant de voyage et de découvertes depuis notre départ du Havre, tant de miles parcourus !

Enfin, nous sommes allés à Vava’u, île du royaume de Tonga. Cet archipel est un véritable paradis pour les amoureux de mouillages isolés et tranquilles, ainsi que pour trouver l’occasion de nager aux côtés de Maman et Bébé baleines. Nous ne l’avons pas fait, un peu cher, préférant aussi faire plaisir aux enfants qui trouvaient leur bonheur au bac à sable (encore !) et avec les petits copains dans l’eau (encore !!). Nous y avons aussi fait le plein de DVD à 0.80€ n toute légalité :-)

A terre, nous avons eu de nombreuses ruptures de produits frais, étant donné qu’il n’y a que peu de production locale. Impossible de trouver une pomme de terre ni une carotte à Aitutaki, la tomate coûte 1€ à Niue ! L’isolement de ces populations les rend accueillantes, curieuses, et contentes de venir à notre rencontre ; quoi que les sourires étaient plus difficiles à obtenir à Tonga, qui a un mode de vie plus traditionnel.

Sur ce long parcours en mer, nous avons pêché notre plus grosse dorade : 1m30 ! Plein de phosphore pour tout l’équipage. Et un bateau-ami a dû nous aider à la finir. Nous nous sommes habitués à reconnaitre les bateaux faisant la même route que nous dans le Pacifique, que nous revoyons régulièrement. La plupart, voire tous à l’exception des francophones, vont passer la saison des cyclones plutôt en Nouvelle Zélande. Nos chemins vont donc se séparer, étant donné que nous sommes francophones :-), et nous nous croiserons peut-être à nouveau quelque part en Asie du sud-est l’année prochaine.

Dans l’attente de voir ce qui nous attend ici aux Fidji, puis à Vanuatu et sur le parcours jusqu’en Nouvelle Calédonie d’où nous vous donnerons nos prochaines nouvelles, nous vous disons à bientôt !